Coupe de France: Rallye du Gard

  • 23 juin 2016
Peugeot 208 T16 R5 Chazel


CHAZEL : AU GARD POUR LES 30 ANS DE GT2i

Chazel Technologie Course et GT2i, c'est une longue histoire d'amitiés cimentée par le sérieux professionnel, les performances et les résultats. Le Rallye du Gard 2016, c'est l'occasion pour GT2i de fêter ses 30 ans de compétition. Une grande fête du sport automobile où, bien évidemment, Renaud et Louis Chazel, et leur équipe, se devaient d'être présents... C'est donc le cas avec un beau plateau, et notamment un équipage tout particulier, reconstitué pour l'occasion et qui va souffler les bougies du gâteau d'anniversaire de GT2i au volant de la 208 T16 R5 : Jean-François Mourgues et Dominique Sérieys...


Mourgues : "On ne va pas s'économiser..."


Depuis plusieurs années, Jean-François Mourgues a déserté le moderne pour se consacrer à l'historique. C'est encore le cas cette saison, puisqu'il s'illustre (Jean-François était en tête du Championnat de France avant Mâcon) au volant d'une Porsche Alméras Groupe 4... Alors, pourquoi ce Rallye du Gard au volant de la 208 T16 R5 ? "J'avais prévu cette saison de faire deux ou trois épreuves en moderne, pour reprendre contact avec la discipline, mais plutôt en fin d'année. Et puis il y a ce Rallye du Gard, que j'ai gagné quatre fois déjà, il y a bien longtemps, et la volonté de plusieurs personnes de monter ce projet, qui s'est fait en 48 heures... Pour l'occasion, je vais retrouver dans le baquet de droite Dominique Sérieys, avec qui j'ai couru pendant trois ans. La dernière fois, c'était en 1989 ! Il est devenu depuis directeur général de la FFSA, et c'est l'occasion pour lui de remettre le casque... On se retrouve 30 ans après... C'est aussi grâce à GT2i et à son anniversaire. Richard Thiery a beaucoup oeuvré pour que ça voit le jour... Enfin, tout le monde avait ça en tête et a joué le jeu. Une telle opportunité ne se laisse pas passer. L'auto va être une découverte, je ne connais ni la 208 T16, ni les autos du Groupe R5... On va faire une séance d'essai dans les Cévennes (n'oublie pas que je suis Cévenol !) et ça devra suffire à me faire prendre en main l'auto. Après, il faudra prendre ses marques, et beaucoup de choses vont dépendre du temps que cela prendra. Car, entre autres difficultés, il faut que je me remette au pilotage d'une moderne. Mais c'est un beau challenge. Je n'ai pas d'objectif particulier, car je ne sais absolument pas comment je me situe avec la concurrence. Mais on va faire du mieux possible, et crois-moi, on ne va pas s'économiser !..."


Janel :"Rentrer dans le Top Ten..."


Remonté comme jamais, Pascal Janel aligne au départ de ce Rallye du Gard sa magnifique BMW Série 1. "C'est vrai que notre cinquième place Scratch au Viganais nous a remis en selle... Ça nous a permis de voir que cela commence à venir. Et puis, recoller avec une place dans le Top Ten, ça fait vraiment plaisir. On se sent de mieux en mieux, rallye après rallye. On comprend comment ça marche, je maîtrise maintenant une propulsiion, et on efface, les uns après les autres, les problèmes. On n'a pas été gâtés par la fiabilité, mais c'est la rançon de partir de la feuille blanche et de vouloir développer une auto. Fatalement, on essuie les plâtres, mais c'est passionnant. La mise au point est longue, mais on voit que l'on commence à sortir du tunnel. Donc on prend le départ du Gard motivés comme jamais ! (rires) Je l'ai déjà fait cinq ou six fois, mais cette année les spéciales sont totalement nouvelles. Bien entendu, le profil des routes reste similaire, et l'avoir déjà fait plusieurs fois reste un avantage. Les spéciales sont plutôt rapides, et ce n'est pas un avantage pour nous, donc la voiture est plutôt configurée "Cévennes", et où on ne privilégie pas la vitesse de pointe. En revanche, elles sont larges, et ça c'est plutôt sympa... On ne se fixe pas d'objectif particulier, d'autant qu'il y a de grosses autos et une concurrence très performante et rapide. Si on arrive à rentrer dans le Top Ten, ça serait bien et on serait satisfaits, pour ne pas dire heureux. Sans oublier au passage, bien entendu, de prendre du plaisir, beaucoup de plaisir !"

• A noter aussi la présence de quelques autres "régionaux" de l'étape, qui connaissent bien le terrain et qui pourraient bien créer la surprise dans leurs catégories, avec les autos Chazel Technologie Course... A commencer par le sympathique Jean-Paul Guedj (Clio R3), mais également dans la même famille, Daniel Nicolas (Clio R3) et Dorian Nicolas (208 R2)...